Bilan chikungunya à la Réunion

26 juillet 2010

Le chikunguya est connu depuis 2005 – 2006 à la Réunion. En 2010, il continue à faire parler de lui avec l’apparition de nouveaux cas. Quel en est le bilan aujourd’hui ?

Photo chikungunya

Le premier cas de chikungunya a été détecté en début de l’année 2005. On découvre alors la présence d’un moustique vecteur de cette maladie, Aedes albopictus, d’origine connue à Madagascar. De nombreuses questions se sont soulevées concernant l’apparition de ce moustique.
Plusieurs hypothèses ont été émises le moustique a traversé l’océan depuis Madagascar jusque l’île de la Réunion ou encore le moustique a été importé dans des bagages et bien d’autres encore.
En 2006, le bilan s’élève à 30 000 cas dont la mort de 6 personnes.
Devant le nombre de cas qui ne cesse de s’accroître, des mesures sont prises, notamment avec une opération « démoustiquation » sur tout l’île.
De nombreux effectifs de l’armée française sont réquisitionnés afin de démoustiquer et de montrer aux personnes comment se prémunir contre ce moustique.
Les gestes essentiels sont : ne pas laisser d’eau stagner, bien se protéger. Des gestes que l’on doit continuer à faire.
Le 21 juillet 2010, a été annoncée, pour cette année, la présence de 136 cas de chikungunya dont 103 confirmés et 33 cas probables. Cette fois-ci, c’est la commune de Saint Paul qui est en alerte où de nouveaux cas ont été détectés.
Le nom « chikungunya » signifie en malgache « vieux grand-père ». Alors, si ou ve pas devenir un gramoun avant lèr, ou koné kosa i fo fé !


Articles connexes :

Expobois 2010 à la Réunion

La réforme des retraites adoptée


A lire aussi: